Event Atelier de dialogue et d’échanges entre les juristes sous le thème « Le Protocole de Nagoya -Quel Ordre Juridique National-APA ? »

Le Secrétariat d’Etat chargé du Développement Durable organise avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), un atelier de dialogue et d’échanges entre les juristes des différents départements ministériels ainsi qu’avec les institutions nationales impliquées dans la mise en œuvre du Protocole de Nagoya sur l'Accès aux ressources génétiques et le Partage des Avantages issues de leurs utilisations (APA) sous le thème « Quel régime juridique pour la mise en œuvre du Protocole de Nagoya? », et ce le 7 juin 2018 à l’Hôtel Sofitel à Rabat.

Télécharger en iCalendar

Période 07/06/2018
Lieu de l'événement Hôtel Sofitel de Rabat
Hôte Secrétariat d’Etat chargé du Développement Durable
Voir l'agenda http://ma.chm-cbd.net/liens/biblio/programme-de-l-atelier-de-dialogue-et-d-echanges-entre-les-juristes
Personne de contact Ali Benryane
Adresse de courrier électronique : a.benryane@gmail.com
Numéro de téléphone +212 662 02 03 12
Couverture géographique Maroc,
Mots-clefs Ressources génétiques, accès et partage, juristes, dialogue,

L’objectif de cet atelier est de stimuler le dialogue et l’échange entre les différents partenaires concernés pour définir les mécanismes d’un nouvel ordre juridique national en matière d’APA. Cet atelier constituera un forum d’échange et de partage pour sortir avec des recommandations qui reflètent le pragmatisme de toutes les composantes nationales liées à la thématique de l’APA.

Participeront à cet atelier les experts juristes des départements ministériels concernés ainsi que les membres du comité national de la biodiversité.

Il est à rappeler que le Royaume du Maroc a adhéré à l’effort mondial pour la conservation de la biodiversité, notamment la Convention de la Diversité Biologique en 1992 et à son Protocole de Nagoya en 2010. Ce Protocole instaure un cadre qui équilibre l’accès aux ressources génétiques en fonction d’un consentement préétabli, tout en tenant compte de l’importance du rôle des connaissances traditionnelles et, en contribuant à assurer un partage des avantages lorsque les ressources génétiques quittent une Partie contractante fournissant ces ressources.