Event Atelier de dialogue et d’échanges sous le thème : « Quel rôle pour les chercheurs nationaux dans les mécanismes de l’APA et la mise en œuvre du Protocole de Nagoya ?».

Le Secrétariat d’Etat chargé du Développement Durable organise avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), un atelier de dialogue et d’échanges sur la mise en œuvre du Protocole de Nagoya sur l’Accès aux ressources génétiques et le Partage juste et équitable des Avantages découlant de leur utilisation (APA) sous le thème « Quel rôle pour les chercheurs nationaux dans les mécanismes de l’APA et la mise en œuvre du Protocole de Nagoya ?», et ce le 21 juin 2018 à l’Hôtel Sofitel à Rabat.

Download as iCalendar

Period 21/06/2018
Event location l’Hôtel Sofitel à Rabat
Host Secrétariat d’Etat chargé du Développement Durable
See the agenda http://ma.chm-cbd.net/liens/biblio/programme-de-l-atelier-de-dialogue-et-d-echanges-entre-les-chercheurs-dans-le
Contact person Mostafa Madbouhi
Email address: mostamad@gmail.com
Phone: +21237080893
Geographical coverage Morocco
Keywords Ressources génétiques, dialogues, chercheurs, Protocole de Nagoya

L’objectif de cet atelier est de stimuler le dialogue et l’échange entre les représentants des institutions et organismes nationaux de Recherche et Développement (R&D) sur les ressources génétiques, pour la définition et la mise en valeur du rôle des chercheurs nationaux dans les mécanismes de l’APA et la mise en œuvre du Protocole de Nagoya, et ce à la lumière des nouvelles donnes internationales et dans le contexte de l’élaboration du Projet de loi sur l’APA et de ses textes réglementaires. 

Participeront à cet atelier les représentants des institutions de recherche-développement sur les ressources génétiques et les connaissances traditionnelles associées ainsi que les représentants d’autres acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux liés à la question de la R&D et l’APA.

Il est à rappeler que le Royaume du Maroc a adhéré à l’effort mondial pour la conservation de la biodiversité, notamment la Convention de la Diversité Biologique en 1992 et à son Protocole de Nagoya en 2010. Ce Protocole instaure un cadre qui équilibre l’accès aux ressources génétiques en fonction d’un consentement préétabli, tout en tenant compte de l’importance du rôle des connaissances traditionnelles et, en contribuant à assurer un partage des avantages de l’utilisation de ces ressources génétiques.