Event Atelier de dialogue pour l’établissement de structures nationales pour l’IPBES dans les pays d’Afrique francophone.

Le Ministère marocain délégué chargé de l’Environnement et le Ministère français des Affaires Etrangères et du Développement International co-organise, en collaboration avec la Fondation Française pour la Recherche sur la Biodiversité et la GIZ Maroc, un atelier de dialogue pour l’établissement de structures nationales pour la Plateforme Intergouvernementale sur la Biodiversité et les Services Ecosystémiques (IPBES) dans les pays d’Afrique francophone, qui se tiendra du 27 au 29 septembre 2016 à l’hôtel Mercure Shéhérazade à Rabat.

Download as iCalendar

Period [27/09/2016 - 29/09/2016]
Event location Hôtel Mercure Shéhérazade. 21 Rue de Tunis - Quartier Hassan, Rabat
Host MdcE, FRB
See the agenda http://ma.chm-cbd.net/liens/biblio/programme-de-l-atelier-de-dialogue-pour-l-etablissement-de-structures-nationales-1
Contact person Lalami Khalid
Email address: lalamikhalid@gmail.com
Geographical coverage Morocco
Keywords IPBES, Comité National, Modalités, Expériences,

Le succès de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) repose sur l’engagement de l’ensemble de ses pays membres, notamment des pays africains. En effet, un développement durable du continent dans les années à venir ne pourra se construire qu’à partir d’une analyse et d’une prise en compte des liens de dépendances et de menaces sur la biodiversité et les écosystèmes. Pourtant, seuls quelques experts africains, dont peu de francophones, font partie des groupes d’experts œuvrant à la réalisation du programme de travail 2014-2018 de l’IPBES. Actuellement, environ 1 000 experts travaillent sur les produits de l’IPBES, dont 70 environ venant de pays d’Afrique anglophone et 28 venant de pays d’Afrique francophone.

Une des raisons pouvant expliquer cette faible représentation est le manque de liens étroits et effectifs entre les organes politiques impliqués dans l’IPBES et les experts qui peuvent y contribuer. Le Comité français pour l’IPBES, dont le Secrétariat scientifique est situé à la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), coordonne avec succès la participation de la France au sein de l’IPBES, avec une quarantaine d’experts sélectionnés présents dans tous les groupes de travail. Il en va de même pour le Network-Forum for Biodiversity Research (NeFo) en Allemagne, plateforme nationale ayant une longue expérience dans l’engagement des scientifiques et d’autres détenteurs de connaissances dans des processus politiques nationaux et internationaux. Un membre du NeFo a été sélectionné comme expert pour l’évaluation régionale IPBES sur l’Afrique, et le NeFo soutient fortement l’ensemble des experts africains et les autres groupes de travail de l’IPBES.

A la demande de plusieurs délégations africaines, la FRB et le NeFo souhaitent partager leur expérience et aider à l’établissement de structures nationales pour l’IPBES, en portant une attention particulière aux pays d’Afrique francophone. De telles structures pourraient jouer le rôle d’interfaces visant à renforcer les liens entre les organisations travaillant sur les questions de biodiversité, dans le but d’améliorer la participation des pays d’Afrique francophone aux activités de l’IPBES.

Ce projet répond à plusieurs besoins prioritaires en matière de renforcement des capacités identifiés par l’IPBES, tels que :

  • la capacité à participer à la préparation des produits de la Plateforme ;
  • la capacité d’introduire différentes visions du monde et les systèmes de connaissances traditionnelles et locales dans les différentes évaluations ;
  • la capacité institutionnelle d’identifier et de mobiliser les ressources financières et techniques, le renforcement effectif de l’interface science-politique sur la biodiversité et les services écosystémiques ; et
  • la capacité d’améliorer la collaboration entre les institutions de recherche et les décideurs au niveau national et régional.

Cet atelier vise à rassembler les acteurs de la recherche et des politiques publiques traitant des questions de biodiversité dans les pays d’Afrique francophone. Il permettra de discuter les modalités pour l’établissement d’interfaces nationales science-politique afin d’encourager l’engagement des pays dans l’IPBES. Pour chacun des pays considérés, une telle structure coordonnerait la participation du pays à l’IPBES, assurerait le lien entre les représentants du gouvernement et les experts (issus du milieu académique et non-académique) et établirait les positions du pays par rapport au programme de travail de l’IPBES. Plusieurs pays européens ont mis en place de telles structures nationales pour l’IPBES, et plusieurs pays d’Afrique francophone sont d’ores et déjà actifs à l’IPBES. Ils sont donc en mesure de partager leur expérience et les leçons qu’ils en ont tirées auprès de leurs homologues africains.

Les pays participants : Maroc, Cameroun, Gabon, Madagascar, Côte d’Ivoire, Tchad et RDC.