Event Atelier sur la réhabilitation de la faune saharienne

Les travaux de cette rencontre a pour objectifs de présenter la grande faune saharienne, le plan d'action stratégique pour la conservation des ongulés au Maroc, et le projet de réintroduction de la faune saharienne dans la province d'Aousserd,  et les aspects sanitaire et génétique des antilopes sahariennes. En marge de cet atelier, des visites sont prévues à la ceinture verte de Dakhla, à la forêt récréative Tawarta 3 et à la pépinière forestière de Tawarta. Des chercheurs marocains et étrangers, des acteurs de la société civile, des élus et responsables locaux ont été attendu a cette rencontre.

Download as iCalendar

Period 07/07/2010
Event location Dakhla
Host HCEFLCD
Geographical coverage Morocco

S'exprimant à cette occasion, M. El Hafi s'est réjoui du succès de la deuxième opération de lâcher d'addax et d'autruchons à cou rouge, qui a eu lieu mardi à la station d'acclimatation et de réintroduction de la faune saharienne de Safia (province d'Aousserd), qui compte déjà une vingtaine d'addax et de gazelles dama mohr, parfaitement acclimatés et se reproduisent dans ce milieu naturel dans de bonnes conditions.

Selon M. EL-Hafi, la station de Safia, constitue un projet important illustrant les efforts consentis pour la réahabilitation de la faune saharienne dans les provinces du sud, réaffirmant la volonté du Haut commissariat d'étendre cette station et d'en faire une grande réserve naturelle, abritant davantage d'animaux de différentes espèces.

Il a, par ailleurs, mis en relief les potentialités naturelles dont dispose le Maroc et qui le placent en deuxième position en matière de biodiversité parmi les pays de la Méditerranée, notant qu'un total de 150 sites d'intérêt biologiques et écologiques, couvrant une superficie de près de 2,5 millions d'hectares ont été identifiés au Maroc.

Rappelant la célébration par la Communauté internationale du quarantième anniversaire de la Journée de la Terre , il a indiqué que la célébration de cet évènement au Maroc a été marquée par une série d'initiatives en vue de dresser un état des lieux de la situation environnementale et de mener des actions en collaboration avec l'ensemble de partenaires pour la préservation de l'environnement.

Le Haut commissaire aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la Désertification a souligné à cet égard la détermination du Maroc à élaborer une stratégie fondée sur des bases scientifiques et techniques, conformément à la convention des Nations unies sur la Biodiversité.

La séance d'ouverture de cette rencontre, à laquelle prennent part des chercheurs marocains et étrangers, outre des acteurs de la société civile, des élus et responsables locaux, a été marquée par la projection d'un film documentaire sur les aires protégées du Maroc.

Les travaux de cette rencontre se poursuivront par la présentation d'un exposé sur "la grande faune saharienne : Ecologie et conservation", du plan d'action stratégique pour la conservation des ongulés au Maroc, et du projet de réintroduction de la faune saharienne dans la province d'Aousserd : Contexte, objectifs et perspectives à long terme, outre un exposé sur les aspects sanitaire et génétique des antilopes sahariennes.

En marge de cet atelier, des visites sont prévues à la ceinture verte de Dakhla, à la forêt récréative Tawarta 3 et à la pépinière forestière de Tawarta.

2eme opération de lâcher d'addax et d'autruchons

Le Haut commissaire aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la Désertification, Abdeladim Lhafi, a présidé, mardi, la deuxième opération de lâcher d'addax et d'autruchons à cou rouge à la station d'acclimatation et de réintroduction de la faune saharienne de Safia, dans la province d'Aousserd.

Ce lâcher, qui s'est déroulé en présence de responsables, d'élus et d'acteurs locaux, intervient suite au succès de la première translocation en 2008 vers la station de safia d'un groupe d'ongulés (gazelles dama mohr et addax), «qui se sont parfaitement acclimatés et se reproduisent dans ce milieu naturel dans de bonnes conditions».

«A travers ces translocations, le Haut commissariat aux Eaux et forêts et à la lutte contre la Désertification tend à réhabiliter les écosystèmes sahariens et à créer une réserve naturelle par l'introduction dans la station de Safia des ‘groupes fondateurs' et de noyaux reproducteurs de populations animales», a expliqué M. Lhafi dans une déclaration à la MAP.

Ces nouveaux addax et autruchons viennent s'ajouter au premier groupe d'ongulés, introduits en 2008 à la station de Safia qui compte une vingtaine d'addax et de gazelles dama mohr, qui se sont bien adaptés et dont les effectifs ont doublé, a-t-il relevé.

La station Safia affiche aujourd'hui un résultat «très positif», a-t-il soutenu, avant d'ajouter que le Haut commissariat œuvrera pour étendre ce site et y multiplier les espèces animales.

Selon des explications fournies à cette occasion, Ces addax et autruchons à cou rouge ont été capturés lundi, dans la réserve animalière de Rokein du Parc national de Sous Massa et transporté par avion à Dakhla, en collaboration avec les Forces Armées Royales puis au moyen de camions depuis l'aéroport de la ville jusqu'à la station de Safia.

Le but de ces opérations de translocation est de restaurer le patrimoine sauvage désertique et pallier les pertes de la biodiversité des zones sahariennes, à travers le développement d'un réseau de stations, de réserves et d'aires protégées, et ce conformément à la convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage et en concordance avec la convention des Nations unies sur la Biodiversité.

Le Haut commissariat, à travers sa stratégie Nationale pour la Conservation des Ongulés, assure la protection, la reproduction en captivité, et la réintroduction de cette faune désertique disparue, dans leurs aires de répartition d'origine afin d'entretenir le patrimoine animalier des écosystèmes désertiques, de lutter contre la désertification et de promouvoir le tourisme de vision par l'introduction d'espèces hautement attractives et parfaitement adaptées au bioclimat saharien.

En marge de cette opération de translocation, un atelier sur la réhabilitation de la faune saharienne sera présidé mardi par M. Lhafi, à Dakhla, pour présenter le bilan du plan d'action stratégique pour la conservation des ongulés du Maroc, ainsi que l'écologie et les aspects sanitaires et génétiques avec les modalités de conservation à moyen et à long terme de cette faune saharienne.

La station de Safia, qui s'étale sur 600 ha, a été aménagée en 2008 avec une enveloppe budgétaire de prés de 8 millions de dirhams, en partenariat avec le conseil provincial d'Aousserd, la commune rurale de Bir Guendouz et l'association Nature Initiative, pour la conservation en semi captivité des ongulés sauvages autochtones au Maroc.

Au Maroc, l'autruche à cou rouge (Autruche d'Afrique du Nord) fait l'objet d'un programme de réintroduction qui a commencé par l'acclimatation de l'espèce au niveau du parc national de Souss Massa, où se développe actuellement une population d'environ 150 Autruches.

Cette population étant la plus importante, vivant en semi-captivité dans toute la région sahélo-saharienne, constitue un stock d'animaux pouvant assurer l'avenir de l'espèce, à travers des opérations de réintroduction au niveau de cette région.

Une vingtaine d'Autruchons, provenant de la population d'Autruches du parc national de Souss Massa, ont été fournis à la Tunisie, en juin 2008, en vue de leur acclimatation et réintroduction dans les parcs nationaux du Sud Tunisien.

La gazelle dama (Gazella dama mhorr), une espèce d'antilope saharienne, fait l'objet d'un programme de réintroduction au Maroc lancé en 1993, par l'introduction de 6 gazelles dans la réserve de Rmila (Marrakech). 3 gazelles de l'Espagne et 3 gazelles de l'Allemagne ont été amenées en même temps à la réserve, en 1993.

La multiplication de ce groupe fondateur de 6 gazelles a permis le développement d'une population semi-captive comptant actuellement quelques 130 gazelles dama. Avec cet effectif, la réserve de Rmila constitue actuellement le site où se développe la plus importante population semi-captive de gazelles dama dans toute l'aire de répartition de l'espèce. Elle devient une «pépinière» pour la gazelle dama.

L'addax est une espèce d'ongulés qui était présente dans les régions sahariennes. Elle vivait dans les ergs et dans les zones sableuses des régions de Laâyoune, d'Iriqui, de Tafilalet de l'erg Chebbi.

Source : Map