PDF Deuxième Rapport National sur l’Etat des Ressources Phytogénétiques pour l’Alimentation et l’Agriculture (RPGAA)

Télécharger maroc2.pdf ( 446 KB)
Afficher Open in browser
Upload date 20 Nov 2014
Couverture géographique Maroc,
Date de publication 31/12/2014
Toutes les versions
# Nom du fichier Contributeur Upload date Taille Type de contenu
1 maroc2.pdf (actuel) 20 Nov 2014 446 KB application/pdf
1 Arabic maroc2.pdf (actuel) 20 Nov 2014 446 KB application/pdf
1 English maroc2.pdf (actuel) 20 Nov 2014 446 KB application/pdf

La flore vasculaire marocaine compte environ 4500 espèces réparties sur 930 genres et 130 familles. Les connaissances actuellement disponibles permettent d’affirmer que 1641 taxa sont rares ou menacés dont plus des deux tiers sont très rares. Le nombre total d’espèces endémiques est de 1350 taxa dont environs deux tiers spécifiques au Maroc. Dans la flore marocaine, 407 taxa renferment toutes les plantes à usage alimentaires, médicinal ou aromatique, pastoral, ornemental et industriel et les parents ou voisins sauvages de formes cultivées. Les collections réalisées portent essentiellement sur les céréales, les espèces fourragères et pastorales et les espèces arboricoles fruitières. D’une manière générale, le germoplasme local ne semble pas avoir été suffisamment échantillonné. Cependant, pour certaines espèces, les collectes ont couvert une partie importante, sinon la quasi totalité de leur aire de culture ou de distribution. Les programmes de conservation in situ des ressources phytogénétiques conduits au Maroc, concernent les domaines forestiers ainsi que les mises en défens crées dans les Périmètres Pastoraux pour permettre la régénération du couvert végétal. De même, les procédés du maintien à la ferme de la diversité génétique des cultures, gérées par les agriculteurs ont été mis au point. L'étude des aires protégées du Maroc a permis l'élaboration d'un réseau qui regroupe 10 parcs nationaux, la réserve de biosphère de l'arganier (RBA) et plus de 150 Sites d’intérêt biologique ou écologique (SIBE) représentatifs sur le plan bioécologique de zones à écosystèmes remarquables, à forte concentration d'espèces végétales et/ou animales endémiques rares ou menacées, ou à indice de biodiversité élevé. Malgré tout cet acquis, il n’existe pas, à l’échelle nationale, de listes officielles des éléments menacées de la biodiversité établies sur des bases scientifiques et des normes internationales reconnues.