Folder Parc National de Khénifra

Situé entre les provinces de Khénifra et Ifrane, le Parc National de Khenifra est le plus récent au Maroc. Sa création, effectuée en 2008, est venue répondre à l'importance économique et environnementale de la région du Moyen Atlas, ainsi qu'à l'urgence des menaces pesant sur ses ressources naturelles.

Bien que ladite région abrite déjà deux parcs nationaux, à savoir le PN d'Ifrane et le PN du Haut Atlas Oriental, ainsi que plus de 16 SIBE, il s'est avéré nécessaire d'appuyer la protection effectuée par ces sites déjà existants par la création d'une aire protégée de grande superficie englobant à la fois le parc national d'Ifrane et une grande partie du parc national du Haut Atlas Oriental ainsi que les écosystèmes avoisinants.

Ce Parc National se distingue par plusieurs caractéristiques, à savoir son rôle écologique fondamental pour une grande partie du pays, étant un principal château d'eau, la présence d'écosystèmes d'importance mondiale, notamment la céderaie de l'Atlas, et La présence d'une espèce symbole type de la méditerranée (le cèdre).

Le Parc National de Khénifra abrite une végétation très variée ou ce situe principalement la plus importante cédraie du Maroc avec des formations de chêne vert, chêne zène et pin maritime. Ces formations forestières souvent sur relief alternent avec des espaces ouverts assylvatiques et des prairies humides constituant de véritables pelouses au printemps. Ces étendues peuvent être parsemées de bouquets de genévrier oxycèdre ou thurifère, d'aubépine, ou autres espèces arbustives.  Par ailleurs, le cèdre et le chêne vert restent les formations végétales les plus dominantes (90% pour Ifrane et 60% pour khénifra).

Le territoire de cette aire protégée recèle une richesse faunique des plus remarquable et représente un potentiel tout a fait exceptionnel, du fait de la disponibilité de nourriture, de l'eau et de la proximité des habitats favorables; et qui doit être considéré comme l'un des atouts maître de cette zone.

Cette richesse se traduit par la présence d'espèces et menacées d'extinction en mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens tels que : la panthère, l'hyène rayée, l'aigle royale, le singe ...etc. La zone abrite également plusieurs communes dont notamment le sanglier, la perdrix gambra, la grive, le lièvre, le renard, le chacal, hyène, des rapaces nocturnes et des diurnes, les passereaux, les canards et oiseaux d'eau, le pigeon, la tourterelle.