HTML Document Cultivant la Diversité – Afrique du Nord

Release date 28/12/2006
Geographical coverage Morocco
Keywords Agrobiodiversité

Fiche technique

  • INTITULE DE L’EXPERIENCE : Expérience de conservation in situ de variétés locales de céréales dans un projet de développement durable dans le Moyen Atlas.
  • AUTEURS : Association de Développement Local (ADL)
  • PAYS ET LIEU: MAROC, Tanant dans le Moyen Atlas à 150 km de Marrakech.
  • ZONE ÉCOLOGIQUE : Le Moyen Atlas est constitué de vastes plateaux calcaires arides ; forêts et pâturages couvrent ses pentes.

Résumé

Cette expérience concerne un groupe d’acteurs (une communauté locale berbère du Moyen Atlas, l’Association de Développement Durable et un groupe de chercheurs d’instituts agricoles marocains) qui se sont mobilisés pour la conservation in situ de variétés locales de céréales.

La communauté berbère de Tanant a pour principale activité la céréaliculture d’orge, associée à un peu de blé. Sur les hauteurs sont cultivés amandiers et oliviers. Les familles pratiquent aussi l’élevage ovin. Les conditions de vie sont rudes : la population vit dans une zone très enclavée, les routes sont très rares et le moyen de transport privilégié reste l’âne ou le mulet ; le bois est la principale source de chauffage ; les installations électriques et d’eau potable sont quasiment inexistantes ; le taux de scolarisation des enfants est très faible.

Outre ces problèmes de développement local, la préservation de l’environnement est aussi une préoccupation dans cette région du Moyen Atlas : la dégradation des forêts par le surpâturage et l’utilisation du bois de chauffe, associée à des périodes de forte sécheresse et à l’érosions des sols est inquiétante. Il existe aussi une érosion de la biodiversité agricoles. En effet, certaines cultures sont abandonnées progressivement : on ne trouve plus par exemple, la lentille locale sur le marché, les lentilles cultivées sont canadiennes ; les semences de blé commercialisées par les services agricoles sont parfois cultivées au détriment du blé local. Les facteurs qui entrainent cette perte de variétés locales sont entre autres : la sécheresse qui oblige certaines années les agriculteurs à avoir recours au marché pour l’achat des semences ; la vulgarisation agricole qui ne prend pas encore de mesures d’incitation à cultiver et conserver les variétés locales. Les variétés introduites occupent de plus en plus d’espace.

Face à ces préoccupations l’ADL a développé depuis 1993 des programmes d’alphabétisation d’adultes, de formation de formateurs à l’enseignement, à l’agriculture et de sensibilisation à la mise en place d’une coopérative. Une action directe qui concerne la conservation de la biodiversité en agriculture a vu le jour ces deux dernières années qui consiste à mettre en place des essaies expérimentaux avec la participation d’agriculteurs de Tanant, d’une équipe de chercheurs de Rabat (INRA, IAV) intéressés par la conservation in situ des variétés locales de céréales, et de l’équipe de l’ADL. Cette expérience permet aux agriculteurs d’observer sur leurs propres terres les différences entre la culture de variétés locales et améliorées.

Contact

Association de Développement Local ADL, Abdellah Herzenni (Président), tel : 212 37 79 98 01 ; fax : 212 37 77 51 95. BP 6447 Rabat Instituts, Maroc ; adl_rabat@yahoo.fr