HTML Document Projet démonstratif sur les stratégies de LCD dans les régions arides avec implication directe des communautés agropastorales locales – SMAP – LCD (Amélioration agropastoral : option stratégique)


  • Exécution : MADRPM / Direction de l'Elevage / DPA de Marrakech
  • Lieu : Communes Rurales Ouled Dlim et M'Nabha Préfecture de Marrakech.
  • Bailleurs de Fonds : Maroc et Union Européenne.
  • Finnacement: 2 314810 Euros (Maroc + Bénéficiaires : 20 % - Union Européenne : 80%).

Release date 18/07/2007
Geographical coverage Morocco
Keywords Agropastoral, zones arides, lutte contre la désertification

Importance des parcours

  • Superficie : 90 000 ha
  • Sole céréalière estimée à 60.000 ha provient de la conversion du système pastoral au système agropastoral.

Dégradation avancée :

Problématique :

  • Déficit : fourrager = 70 %
  • Interventions Publiques (Création de réserves fourragères sur pied et Diversification des ressources alimentaires)

Genèse des projets d’aménagement pastorale :

  • 1995 : Plantation de 700 ha (Budget Général du Ministère de l'Agriculture, du Développement Rural et des Pèches Maritimes avec l'appui de la Promotion Nationale).
  • 1998 : Mission d'identification du projet d'amélioration pastorale dans la CR d'Ouled Dlim par une Commission d'Experts de l'Union Européenne chargée du programme de lutte contre la désertification: GENESE DU PROJET SMAP
  • 1999 : Projet de Mise en Valeur en Bour Ouled Dlim (PMVB) sur une superficie de 1000 ha dans le cadre de la Loi 33/94.
  • 2003 : Lancement du Projet SMAP
  • 2006 : Mise en convergence avec l'INDH (150 ha - CR M'NABHA)

Objectif général :

Contribuer à la lutte contre la désertification à travers la restauration des parcours dégradés en adoptant l'approche participative au niveau local.

Objectif Spécifiques :

  • Réalisation des actions d'atténuation des effets de la sécheresse dans les parcours ari¬des, affectés par la désertification;
  • •Développement et diffusion des connaissances et innovations techniques en matière de lutte contre la désertification.

Structure de gestion et  de coordination du projet

Partenaires locaux :

  • Coordination Nationale: Direction de l'Elevage.
  • Coordination locale: la DPA de Marrakech
  • Unité d'exécution du projet composée de Cadres et Techniciens de la DPA, pilotée par Le Chef du Service de la Production Agricole.
  • Coopératives Pastorales: 11 coopératives, 922 Adhérents et 38000 Têtes Ovines.

Partenaires étrangères :

  • Centre de Recherche sur la Désertification (NRD, SASSARI, Italie)
  • Office de l'Elevage et des Pâturages (TUNISIE)

Coût du projet

  • Coût : 2 314810 Euros (Maroc + Bénéficiaires : 20 % - Union Européenne : 80%).

Composantes

Interventions Directes :

  • Restauration des terrains des parcours par plantation d'arbustes fourragers (Atriplex nummularia) sur 2000 ha.
  • Production des cultures fourragères sur les terres marginales sur une superficie de 540 ha.
  • Plantation du Cactus et du Câprier sur une superficie de 67 ha.

Activités de supports aux actions du terrain :

  • Activités de démonstration, sensibilisation et diffusion d'information au niveau local.
  • Voyages d'études.
  • Renforcement des capacités techniques des populations et celles des techniciens de la DPA. - Circulation des informations, échange d'expériences et développement de partenariats.

Impacts attendus du projet :

  • Création des réserves fourragères sur pied mobilisables pendant les périodes de disette par l'augmentation de la production fourragère des parcours en passant de 50 kg MS/ha/an à 550 kg MS/ha/an en année de croisière.
  • Création d'emplois pendant le projet: plus de 50.000 Journées de travails
  • Amélioration du revenu des éleveurs par la diminution des charges d'alimentation durant les mois d'exploitation des arbustes fourragers (3 - 6 mois)
  • Protection du sol contre l'érosion hydrique et éolienne et constitution d'un réservoir de biodiversité.
  • Amélioration de l'infiltration de l'eau et de la capacité de rétention du sol.
  • Contribution à la protection de la Ville de Marrakech contre l'érosion éolienne à travers les remontés des particules solides par les vents permanents du Nord et constitution d'une barrière biologique (Ceinture verte) pour protéger et favori¬ser un biotope favorable à la Ville de Marrakech.