News 2010, année internationale d’une biodiversité en déclin

L'année 2010 a été proclamée par les Nations Unies année internationale de la biodiversité. Une proclamation qui arrive à un moment où la disparition de la vie animale et végétale est de plus en plus accélérée par l'exploitation démesurée des ressources naturelles. Une crise de la biodiversité qui menace l'humanité d'ici quelques décennies.

Source Kisito Ndour/agences/Aufait
Date de publication 06/01/2010
Couverture géographique Maroc
Mots-clefs Ressources, Animaux, Végétaux, Déclin, Biodiversité, Année

Les terres se stérilisent à un rythme de plus en plus accéléré, les océans sont en passe de se vider... En somme, les ressources naturelles sont abusivement exploitées par l'Homme. Résultat, une disparition accélérée de la vie animale et végétale menaçant de fait l'humanité à l'échelle de quelques décennies, a prévenu récemment, l'astrophysicien canadien Hubert Reeves.

A l'en croire, si rien n'est fait d'ici "dix, vingt ou trente ans maximum, on pourra se demander: qu'est-ce-qu'on va manger ce soir". Une interrogation qui mérite d'emblée d'être posée d'autant que selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), organisme de référence en matière de biodiversité, la moitié des espèces de mammifères est en déclin et un quart est menacé d'extinction.

1.000 fois
 Le rapport des Nations Unies de 2005 sur l'Evaluation des écosystèmes a montré que les taux actuels d'extinction d'espèces seraient jusqu'à 1000 fois plus élevés que les niveaux jugés naturels.

En vue de parer à une éventuelle situation, les Nations Unies ont proclamé 2010 année internationale de la biodiversité. Serait-ce, cette fois-ci, suffisant pour passer aux actes et freiner le déclin ?

Et les actes...?

En tout cas, depuis le sommet de la Terre de Johannesburg de 2002, les paroles ont pris le dessus sur les actes. A ce sommet, les dirigeants de la planète s'étaient engagés à ralentir l'érosion de la biodiversité, mais les résultats ont montré une détérioration de plus en plus accrue, soutient Hubert Reeves.

"Les derniers résultats montrent que non seulement on n'a rien stoppé mais que ça continue à se détériorer de plus en plus rapidement."

Hubert Reeves, président de la ligue Roc de défense de la nature.

Jugeant qu'il est grand temps d'inverser la tendance, l'astrophysicien explique que depuis la révolution industrielle, "l'humanité traite les ressources naturelles comme si elles étaient infinies (...). Peu de personnes se sont rendu compte que la biodiversité est une ressource en tant que telle".

La ressource-biodiversité

En outre, la biodiversité joue un rôle indispensable à la survie de l'Homme car la qualité de l'air, la régulation climatique, la purification de l'eau, la lutte contre les parasites et les maladies, la pollinisation et la prévention des érosions, en dépendent.

Une prise conscience est née, de l'avis d'Hubert Reeves, qui plaide pour la mise sur pied d'un groupe international d'experts sur la biodiversité, à l'instar du Giec (Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat).

Mais, il faut souligner que malgré les études du Giec, groupe constitué pour aider à la prise de décision au sommet mondial sur le climat à Copenhague, les mesures prises par les gouvernants ont été loin des recommandations.

L'année internationale de la biodiversité, célébrée en pleine crise climatique, aiderait peut-être à joindre l'acte à la parole pour faire face, d'une pierre deux coups, au réchauffement et au déclin de la biodiversité.

Veuillez noter que cette information a expiré.