News Le Matin : Des ornithologues tirent la sonnette d'alarme.

Ce que le Groupe d’ornithologie au Maroc qualifie de «dernière zone humide Casablanca» serait en voie d'assèchement et donc de disparition. En dépit de sa valeur écologique, 160 espèces d’oiseaux y ont été observés dont deux classées menacées sur la liste rouge de l’UICN, plusieurs menaces pèsent sur cet écosystème.

Lien relatif http://www.lematin.ma
Source Samir Benmalek, Le Matin/Eco-Développement.
Date de publication 02/03/2015
Couverture géographique Maroc-Casablanca,
Mots-clefs Groupe d’ornithologie, zone humide de Casablanca, voie de disparition,

La zone humide menacée de disparition est située en bordure du cordon dunaire, à 15 km au sud de Casablanca, près de Dar Bouazza. Selon le document du Groupe d’ornithologie au Maroc (GOMAC), cet écosystème se présente sous forme d’une dépression, d’une taille d’environ 1.000 mètres sur 150. En dépit de sa valeur écologique, 160 espèces d’oiseaux y ont été observés dont deux classées menacées sur la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) plusieurs menaces guettent la zone humide Casablanca.

Interrogé par «Le Matin», Brahim Bakkas, président du GOMAC, a indiqué que «l’assèchement de la partie Sud du lac est dû à son isolement de la source principale qui l'alimente, le cours d'eau venant de la source ayant été entièrement comblé. Il y a également le dépôt des milliers de tonnes de gravats et des déchets de constructions autour du lac, ce qui réduit son périmètre et dérange les oiseaux qui y vivent».

Afin de préserver ce fragile écosystème, les membres du GOMAC proposent l’interdiction d’accès aux camions, ce qui sauverait cette zone humide en empêchant à la fois le déversement des gravats et le pompage abusif d’eau. Le déplacement du terrain de moto-cross serait également souhaitable ainsi que des excursions au profit des étudiants de la Faculté des sciences Hassan II de Casablanca dans le cadre de leurs travaux pratiques. Un petit sentier pédagogique le long du lac, destiné aux excursions scolaires avec deux affûts en bois aux endroits stratégiques pour observer la faune pourrait être élaborés. Le GOMAC et le GREPOM (groupe de recherche pour la protection des oiseaux) se proposent de participer à la réalisation de panneaux pédagogiques décrivant le milieu et l’avifaune locale, est-il précisé sur le site du GOMAC. 

Veuillez noter que cette information a expiré.