News Gestion des risques climatiques forestiers.

Le Centre national de gestion des risques climatiques forestiers, une structure visant à développer l'expertise nationale en matière de gestion des risques de feux et de santé de forêts, a été inauguré mardi à Rabat. Cette structure aura pour mission la supervision et le suivi à l'échelle nationale des programmes de prévention contre les feux de forêts.

Lien relatif http://www.lematin.ma
Source S.B. avec agences, LE MATIN
Date de publication 01/06/2016
Couverture géographique Maroc,
Mots-clefs Centre national, risques climatiques forestiers, gestion des risques de feux,

La moyenne des superficies forestières incendiées durant les dix dernières années a diminué de 67%, alors que celles incendiées en 2015 n’ont pas dépassé 992 ha dont 50% sont constituées d’essences secondaires, selon Haut Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD). Afin de coordonner l'intervention des différents services concernés par ce phénomène, un Centre national de gestion des risques climatiques forestiers a été inauguré mardi à Rabat.

Ce centre, d'un coût de 9 millions de DH et érigé sur un terrain de 6.500 m² au quartier Agdal, aura pour mission l'établissement, la supervision et le suivi, à l'échelle nationale, des programmes de prévention contre les feux de forêt et les risques phytosanitaires. Cette nouvelle structure a été inaugurée par le haut commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, Abdeladim Lhafi, en présence de l’ambassadeur des États-Unis à Rabat, Dwight L. Bush, rapporte la MAP.

C’est la première fois que le Maroc dispose d’un centre de gestion des risques où chaque kilomètre carré du territoire national est couvert, avec des procéduriers de gestion des feux de forêt et le suivi en temps réel des équipes, des interventions et de la dynamique et structure du feu, indique un communiqué du HCEFLCD. Cette structure existe grâce à la coopération internationale, notamment avec les États-Unis qui «nous ont aidés (…) en termes de transfert de technologie et d’informations et de partage des expériences, y compris un nombre de simulations pour la gestion des incendies de forêt», a ajouté le haut commissaire.

L'ambassadeur américain a souligné que l’inauguration de ce centre est un «exemple de la coopération étroite entre le Maroc et les États-Unis», notamment en matière de gestion de feux de forêt. La gestion des bassins versants et la lutte contre les feux de forêt sont des exemples de cette coopération qui n’a cessé de s’élargir depuis la signature de l’Accord de libre-échange entre les deux pays, a-t-il dit. Le diplomate américain a salué l’engagement du Maroc en matière de préservation de l’environnement et d’adaptation aux changements climatiques, affirmant que le choix du Royaume pour abriter la COP 22 se veut une reconnaissance de ses efforts en la matière. 

 

Veuillez noter que cette information a expiré.