News Journée d'études sur les zones humides et le grand lac de SMIR

Organisée par trois associations représentant le tissu associatif de la ville de M'Diq, la journée d'études sur les zones humides et le grand lac de SMIR s'est caractérisée par la riche participation de l'association Faune et Flore de Gibraltar, l'Institut scientifique de Rabat et autres organisations non gouvernementales qui s'intéressent à l'environnement en général et à la faune et flore en particulier.

Source Abdelaziz M'RABET / LE MATIN
Date de publication 17/05/2010
Couverture géographique Maroc
Mots-clefs Sensibilisation, Zones Humides

Tous les intervenants devaient passer à la loupe tout ce qui a rapport avec la biosphère durant cette importante journée d'études ayant pour thème « L'Impact écologique de la lagune de SMIR : Etat actuel et perspectives ». Tel que le préconise la charte des Nations unies, l'échosystème et la biosphère doivent être à l'abri des désastres naturels et autres tels que la surexploitation et la déforestation… C'est l'appel unanime des associations, chercheurs et membres des associations environnementales de la région de M'Diq qui mettent déjà le doigt sur la mal exploitation des forêts, l'extraction sauvage des sables, rappelant le rôle de la Fondation Mohammed VI de l'environnement quant à la protection du site humide de la grande lagune de SMIR dans le contexte général de la charte nationale de l'environnement et du développement global.

L'écologiste, penseur et chercheur anglais John Cortes rappela que la lagune de SMIR est un patrimoine de biosphère de grande qualité qui appartient à tout le monde et que sa protection est une chose impérative. Considérée comme le berceau saisonnier des milliers d'oiseaux et paradis de plusieurs races florales, la grande lagune de SMIR se caractérise par ses merveilleuses zones humides tout au long de l'année grâce à l'oued Smir dont son embouchure est carrément sur la Méditerranée. Le complexe des zones humides de SMIR s'étend sur 175 hectares où nichent plusieurs espèces d'oiseaux migrateurs qui viennent de l'Europe vers l'Afrique et où on peut aussi compter des centaines d'espèces floristiques qui s'harmonisent avec la grande nappe phréatique de la région.

Les zones avoisinantes à la lagune de SMIR comptent plusieurs groupements végétaux de son système général dont la biosphère est une continuité naturelle de l'Europe qui était, selon les légendes géologiques, attachée à l'Afrique par Gibraltar et Jbel Moussa à la région de Tanger. C'est une biodiversité de grande importance aussi pour les insectes génériques, des habitats et des écosystèmes conseillés déjà par la convention de Rio de Janeiro.

La ville de M'Diq, par son merveilleux site ou réserve naturelle de SMIR est considérée ainsi comme un des meilleurs carrefours de deux biologies européennes et éthiopiennes qui se caractérise aussi par les espèces d'abeilles et autres insectes. D'intérêt patrimonial universel, la zone humide du lac SMIR compte 26 espèces d'oiseaux dont 20 sont sédentaires, des Fuligule nyroca vulnérables en Europe et quasi menacées, la spatule blanche, canard qui n'existe qu'à SMIR et autres oiseaux et végétations spécial M'Diq.

Recommandations

Pour la protection du site ou la zone humide de la lagune de SMIR, les chercheurs qui ont participé à cette journée d'études rejettent les différentes sortes d'aménagements engendrés par le positionnement du port de plaisance du complexe touristique «Kabila», les aménagements touristiques et routiers dans le site, l'agriculture et l'urbanisation, la réduction de la salinité de la nappe et le traitement des eaux usées dans la réserve naturelle de SMIR. Cette riche journée d'études s'est clôturée par des recommandations dont la totale protection du site naturel de SMIR qui doit faire l'objet d'une importance globale accordée et par les autorités que par les élus et les représentants du tissu associatif et cela ne serait-ce que pour renouer avec les merveilleuses étapes et saisons environnementales d'antan.

Veuillez noter que cette information a expiré.