News L'appropriation de la CBTHA lancée à Ouarzazate

Les travaux d'un atelier sur l'appropriation du projet de Conservation de la biodiversité par la transhumance dans le versant sud du Haut-Atlas (CBTHA) ont été lancé lundi à Ouarzazate.

Source Map
Date de publication 24/06/2010
Couverture géographique Maroc, Ouarzezat

L'organisation de cet atelier intervient pour marquer l'appropriation des différents programmes du projet lancé en 2001 et supervisé par le ministère de l'Agriculture et de la Pêche maritime, le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), et le Fonds pour l'environnement mondial (Fem) avec la contribution d'un large éventail de partenaires et acteurs aux niveaux local, régional et national.

Le gouverneur de la province d'Ouarzazate, Abdeslam Bikrat, a mis l'accent, à cette occasion, sur le rôle de ce projet dans la sensibilisation et la reconnaissance de la transhumance, sans restriction, comme une activité économique et un mode de vie unique en son genre persistant dans certaines régions du Royaume.

M. Bikrat a, également, souligné que ce projet est exemplaire puisqu'il a permis de développer une banque de données sur la zone couverte, tant au niveau naturel qu'humain.

Pour sa part, le représentant du Pnud au Maroc, Bruno Pouezat, s'est félicité de l'engagement du Maroc à allier l'amélioration de la situation économique et sociale de sa population à la préservation de son environnement et de ses ressources naturelles, selon des modalités qui n'engendrent pas de «dettes écologiques» et qui répondent aux engagements pris dans le cadre des conventions internationales.

M. Pouezat a indiqué que ce projet a permis le renforcement du capital humain et institutionnel expliquant que les hommes, les femmes et les structures disposent aujourd'hui de connaissances approfondies sur la problématique de la transhumance, ainsi que des compétences et des outils en matière d'approche participative, d'organisation communautaire et de planification locale.

Le Représentant du Pnud a, également, fait savoir que ce projet a participé à la valorisation du savoir-faire traditionnel et local pour le développement des actions concrètes qui non seulement répondent aux besoins de développement de la population des transhumants mais aussi renforcent la conservation du patrimoine naturel.

Ce projet, ajoute-t-il, procure aujourd'hui à la population des transhumants une voix officielle pour défendre leurs droits et pour inscrire leurs préoccupations dans les grands chantiers de développement du Maroc, notamment le Plan Maroc vert et la planification local stratégique.

De son côté, Ali Moulid, représentant du ministère de l'Agriculture et de la Pêche maritime, a affirmé que l'adoption du projet CBTHA est le résultat d'un effort des différents partenaires intersectoriels et institutions locales, nationales et internationales, soulignant qu'il reflète l'engagement du Maroc et son respect des conventions internationales sur la conservation des ressources naturelles et la lutte contre la désertification.

Pour sa part, le coordonnateur national du projet, Abdelaziz Rahhou, a rappelé que l'appropriation du projet CBTHA a permis de conserver la biodiversité dans le paysage productif du versant sud du Haut Atlas par l'utilisation durable et la relance de la transhumance, ajoutant que le projet a favorisé la création de 69 organisations professionnelles totalisant 2.947 adhérents œuvrant pour la conservation de la biodiversité de la région, la conception et la mise en œuvre de 12 plants intégrés de conservation de la biodiversité et de gestion durable, et la réalisation d'études et d'inventaires liés à la biodiversité ainsi que l'organisation de formations et de journées d'information bénéficiant à un total de 4.637 personnes.

Le projet CBTHA, ajoute-t-il, a aussi œuvré pour l'intégration des questions de la biodiversité dans le débat politique, à travers la réalisation de 3 études nationales de plaidoyer en faveur de la conservation de la biodiversité et de l'élevage pastoral, l'élaboration d'une charte de tourisme durable et l'organisation de formations au profit des professionnels du tourisme.

Veuillez noter que cette information a expiré.