News Le Souss envahi par les sangliers.

Dans la région Souss-Massa-Drâa, l'agriculture vivrière constitue la principale source de revenus pour les populations locales. Or, la surpopulation des sangliers cause des dégâts dommageables aux agriculteurs. Il faut préciser que sur les 302 points noirs recensés au Maroc, 75 se trouvent dans la région. Et parmi les provinces les plus touchées, Taroudant, Chtouka Aït Baha, Tiznit.

Lien relatif http://www.leconomiste.com
Source Fatiha NAKHLI
Date de publication 07/01/2015
Couverture géographique Maroc,
Mots-clefs Souss-Massa-Drâa, agriculture vivrière, sangliers,

Les agriculteurs n'ont ainsi de cesse de lancer des appels au secours suite à l'inquiétante cadence de reproduction des sangliers. Une situation principalement due au déséquilibre écologique naturel causé par la disparition des prédateurs comme les chacals et les panthères qui jouaient le rôle de régulateurs. C'est ainsi que désormais la chasse et les battues sont des moyens de régulation utilisés pour maîtriser la multiplication accélérée et nuisible de cet animal. La dernière battue en date a été organisée samedi dernier à Chtouka Aït Baha par le Haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD).

Elle est venue à bout de sept sangliers et rentre dans le cadre de la stratégie adoptée par le HCEFLCD depuis 2012. L'objectif étant la maîtrise de la dynamique des populations de sangliers dans les différentes régions et biotopes du pays en impliquant les acteurs concernés en vue de l’efficacité et du rendement des actions. Cette démarche est basée sur une série de mesures à entreprendre dans une vision anticipative et selon des normes usuelles respectueuses de la biodiversité. C'est ainsi que des programmes réguliers d’intervention ont été mis en œuvre depuis 2012.

Au niveau de la région du Souss-Massa-Drâa, qui est l’une des régions les plus touchées par cette problématique écologique, le premier programme prévisionnel de régulation des effectifs du sanglier visait la réalisation de 317 battues réparties sur 75 points noirs dont 40% concernent le territoire de la province de Taroudant. Pour les deux saisons de chasse 2012/2013 et 2013/2014, le bilan a été très satisfaisant sur le plan de l’exécution des programmes avec un cumul de 614 battues organisées et 4.673 sangliers abattus. Pour la saison de chasse en cours, 31 battues sur 200 prévues ont été organisées avec 183 sangliers abattus. Le bilan final sera évalué la fin de la saison de chasse, après l’été.

Pour rappel, la dynamique des flux et des mouvements des populations du sanglier est étroitement impactée par l’alternance des conditions climatiques favorables et défavorables dans la même région. En effet, les changements perçus durant les dernières années au niveau du climat ont engendré des perturbations voire même des modifications au niveau des biocénoses. En particulier dans les milieux à écosystème vulnérable dont le fonctionnement a été affaibli par des pratiques et usages inappropriés. Ce qui cause des dégâts significatifs aux cultures agricoles et aux plantations forestières.

Veuillez noter que cette information a expiré.