News Protection de la lagune d’Oualidia

Planète Urgence lance à partir de mi 2011 une mission au Maroc pour participer à la protection de la lagune de Oualidia, classée RAMSAR (1). Cette mission se fait en partenariat avec deux associations locales, l'association de protection de la lagune de Oualidia (APLO) et l'association de gestion intégrée des ressources (AGIR) située à Al Hoceima au Maroc.

Lien relatif http://www.infosdelaplanete.org/6090/maroc-protection-de-la-lagune-d-oualidia.html
Source Olanète Urgence
Date de publication 02/03/2011
Couverture géographique Maroc,
Mots-clefs Lagune Oualidia,Ramsar,Planète Urgence,Potection,

Située sur la côte atlantique du Maroc, entre Casablanca et Essaouira, la lagune d’Oualidia est un ensemble composé de deux lagunes, de quatre marécages et salines, d’une bande marine côtière avec sa plage de sable ainsi que d’un cordon dunaire. Ce lieu est très réputé en tant que site d'escale pour les oiseaux migrateurs côtiers empruntant la voie Est Atlantique, notamment les limicoles (2) et les laridés (3) , mais il fait également l'objet de diverses exploitations qui lui donnent une grande valeur écologique.

Ce site exceptionnel souffre de plusieurs menaces :

  • L’agriculture intensive, à l’origine de nombreux impacts sur les zones humides, avec un usage excessif de fertilisants et de pesticides.
  • L'irrigation, responsable en grande partie de la diminution de la surface des zones humides.
  • La transformation de zones humides naturelles en salines qui n'est pas sans conséquence sur la biodiversité des invertébrés.
  • La surexploitation des ressources aquacoles des deux lagunes qui entraine une diminution du rendement de la pêche et contribue à la diminution de la diversité et du stock des espèces exploitées.
  • Le ramassage des coquillages (palourdes Venerupis decussatus, coques Cerastoderma edule, couteaux Ensis ensis) participe aussi à la perturbation de la quiétude de l'avifaune et entraîne un piétinement et déplacement excessifs de l'habitat vaseux.

En plus, le développement des activités humaines et économiques autour de la lagune accentue la pression sur la biodiversité et met en péril la zone. Aussi, pour diminuer ces menaces, une convention sur la protection de la lagune de Oualidia vient d’être signée par SM le Roi Mohamed VI. Cette convention propose un plan d’action intégré pour le développement durable d’Oualidia, la préservation de sa lagune et la protection de son potentiel ostréicole en tant que site écologique et zone humide d’intérêt international régi par la convention RAMSAR.

Au-delà et parallèlement à cette convention, l’association de protection de la lagune de Oualidia (APLO) œuvre pour classer ce site en parc naturel national. Pour cela, elle a besoin de collecter des données dans différents domaines afin de faire avancer le dossier auprès de la Fondation Mohamed VI.

Actions proposées aux éco-volontaires

Pour aider l’association de la protection de la lagune de Oualida une nouvelle fiche projet sera prochainement en ligne sur le site de Planète Urgence et portera sur :

  • Le recensement annuel des oiseaux migrateurs et endémiques de la lagune, sous la responsabilité d’un photographe assisté éventuellement d’une biologiste ornithologue. Les éco-volontaires se déplaceront en kayak de mer dans la lagune, au gré des marées afin d’effectuer la meilleure approche possible des oiseaux.
  • La collecte des macro-déchets immergés dans la lagune et sur les plages environnantes. Celle-ci se fera en apnée avec palmes, masque, tuba et combinaison (l’eau de la lagune en octobre est aux environs de 19°).
  • La participation à l’inventaire des espèces marines pélagiques (grands dauphins, baleines et cachalots) autour de la lagune d‘Oualidia. Les relevés annuels sont destinés aux associations partenaires, aux autorités locales et mis à la disposition du GECEM avec lequel nous travaillons déjà en Méditerranée.