News Réserve naturelle de Slokia Devant les réactions musclées de la société civile tangéroise ajournement sine die de la révision du plan d'aménagement

Différents acteurs politiques et de la société civile locale à Tanger sont engagés dans une polémique autour du projet de révision du plan d'aménagement de la ville du Détroit, qui suscite des inquiétudes relatives à l'ouverture éventuelle d'espaces forestiers à l'urbanisation. Le wali de la région Tanger-Tétouan, Mohamed Hassad, qui projetait de réunir mercredi dernier la commission technique locale pour plancher sur le projet de modification du plan d’aménagement de la Réserve naturelle de Slokia, a dû faire ajourner sine die cette réunion, alors, qu’à travers un communiqué de presse, les autorités locales se veulent plutôt rassurantes sur la question, affirmant que le projet de révision vise à protéger la couverture forestière ; il n'en est qu'à ses débuts et il sera, le moment venu, rendu public et présenté au conseil de la ville.

Source Le Journal de Tanger
Date de publication 16/03/2012
Couverture géographique Maroc, Tanger,
Mots-clefs Réserve Naturelle, Slokia, Manifestation, ONG,

Cette révision du plan d'aménagement, qualifiée d’ordinaire, porte notamment sur la partie allant de la banlieue de Jbel Kébir à Cap Spartel sur la route d'Achakar et Ziaten, des zones à haute valeur écologique grâce à une forte couverture forestière et à une position géographique particulière, entre la Méditerranée et l'océan Atlantique.

La wilaya de la région note que, contrairement aux inquiétudes exprimées, la révision va dans le sens du renforcement des espaces forestiers, la limitation des constructions et l'interdiction de la construction en bord de mer dans la zone objet du débat.On soutient que le projet de révision prévoit en effet d'interdire la construction dans 400 ha supplémentaires, actuellement ouverts à l'urbanisation, qui seront rattachés à l'espace forestier. Cette mesure permettra, selon les autorités concernées, d'augmenter à 2.200 ha la superficie forestière protégée dans les environs de Tanger, contre 1.800 ha actuellement. On précise que ce projet de révision du plan d'aménagement s'inscrit dans une vision globale ayant pour but de préserver les caractéristiques naturelles de Tanger.A ce titre, affirme-t-on, il sera procédé à l'interdiction de construction en bord de mer sur les côtes d'Achakar et de Sidi Kacem, aujourd'hui ouvertes à l'urbanisation. Il s'agit aussi de réduire la densité urbanistique dans la zone d'Achakar, en limitant à deux étages la hauteur des constructions, contre 4 étages actuellement.

Pour la wilaya, ces propositions s'accordent avec la volonté des acteurs de la société civile, élus et responsables administratifs de protéger et de développer le patrimoine naturel de la ville du Détroit.

Toujours est-il que cette décision de révision n'a pas manqué de soulever les inquiétudes des acteurs de la société civile, qui craignent la destruction pure et simple des forêts de Slokia, Mediouna et Rmilat (parc de Perdicaris), derniers vestiges d'un patrimoine naturel jadis fort riche et véritables poumons pour une ville qui comptera bientôt un million d'habitants. Dès l'annonce du projet de révision du plan d'aménagement, des acteurs associatifs ont constitué une coordination pour la protection de l'environnement et des espaces verts de Tanger sous le slogan "Slokia en premier", étant donné l'importance de cette forêt et la richesse de sa flore, en plus d'être une escale pour les oiseaux migrateurs sur le chemin entre l'Europe et l'Afrique.

L’agence MAP rapporte que, lors d'une conférence de presse, le porte-parole de la coordination, M. Allal Kandoussi, a affirmé que la forêt de Slokia constitue une réserve reconnue à l'échelle internationale comme site d'intérêt écologique et biologique.

De son côté, l'alliance dirigeant le conseil de la ville de Tanger, constituée par le Parti authenticité et modernité (PAM), le Rassemblement national des indépendants (RNI) et l'Union constitutionnelle (UC), a souligné qu'elle ne se permettra pas de porter préjudice au patrimoine naturel et forestier de la ville, que ce soit dans la zone de Slokia ou ailleurs.

Ces partis ont également indiqué que le bureau du conseil reste attaché au pacte de bonne gouvernance adopté par cette alliance, et continuera d'oeuvrer pour la préservation et le développement de l'environnement naturel de la ville, pour le bien de ses habitants.

Cette affaire constitue l'un des rares points de convergence entre majorité et opposition au sein de la mairie. Le Parti de la justice et du développement, principale force d'opposition, a mis en garde contre toute tentative d'atteinte à la richesse naturelle de la forêt de Slokia à travers la révision du plan d'aménagement de la zone de Jbel Kébir.


Pour sa part, le rassemblement associatif du Grand Tanger a noté que la couverture forestière au niveau de Tanger est un patrimoine collectif appartenant à tous les habitants de la ville et qui est resté préservé tout au long de l'histoire de la cité du Détroit, estimant que toute atteinte à cet espace naturel est une agression contre l'histoire, le présent et l'avenir de la ville de Tanger.