Story Coopération américano-marocaine : la protection de l'environnement et du développement durable

Coopération américano-marocaine : la protection de l'environnement et du développement durable

La protection de l'environnement, au cœur du nouveau Plan d'Action de la coopération bilatérale entre le Maroc et les Etats-Unis. Un Forum organisé, à Rabat, à cette occasion, par le Secrétariat d'Etat chargé de l'Eau et de l'Environnement en partenariat avec l'Ambassade des Etats-Unis a permis de faire la lumière sur les progrès enregistrés dans le domaine environnemental, depuis le 28 juin 2004, date de l'adoption de la Déclaration Conjointe sur la Coopération environnementale.

Release date 16/02/2010
Geographical coverage Morocco
Keywords Coopération, Environnement
Source Samira EZZEL / LE MATIN

«Une coopération qui, depuis 6 ans, a donné de grandes satisfactions même si beaucoup reste encore à faire en matière de promotion de culture environnementale», a déclaré Daniel A. Reifsnyder, sous secrétaire d'Etat adjoint américain, chargé de l'environnement et du développement durable qui rappelle que «25 millions de dollars, en moyenne, ont été affectés par les Etats-Unis, à ce chapitre bilatéral des Accords de Libre Echange» Des acquis ont certes été enregistrés grâce à la mise en place de la législation environnementale et à un certain nombre de programmes de prévention contre la pollution visant à encourager une production industrielle propre, notamment dans le textile.

De même, la politique relative au tourisme durable respectueux de l'environnement et générateur de revenus s'est aujourd'hui étendue à un grand nombre de régions du Maroc avec succès. La Charte nationale de l'environnement, lancée par Sa Majesté le 30 juillet 2009 et la création d'observatoires régionaux dans ce domaine sont venus à leur tour réaffirmer cette prise de conscience nationale et renforcer davantage les différentes mesures sociales, économiques et environnementales déjà entreprises.

D'où la volonté affiché de ce Forum, d'élargir les termes de cette coopération bilatérale tout «en conciliant croissance économique et préservation de l'environnement dans le cadre des accords de libre- échange», selon les termes de à Abdelkbir Zahoud, secrétaire d'Etat chargé de l'Eau et de l'Environnement. Le Groupe de travail americano-marocain a réuni à cet effet, représentants gouvernementaux, experts, membres de la société civile venus présenter l'état d'avancement des projets qui dans le domaine halieutique, qui dans la protection de la biodiversité, qui dans la sauvegarde des ressources naturelles, dont la mise en œuvre doit beaucoup à la présence et au soutien de l'Agence américaine. Dans la continuité de la première feuille de route, le nouveau Plan d'Action 2010-2012 signé lors de ce Forum, porte sur une approche systémique avec quatre domaines prioritaires. Le premier étant le renforcement institutionnel de la politique environnementale et l'appui à l'élaboration et à l'application des lois à l'instar de la taxe pollueur-payeur.

Ce qu'a souligné Janet Metcalfe, Conseiller Senior au Bureau des Affaires internationales EPA, en rappelant que les amendes devaient être lourdes pour être rédhibitoires. «Il existe, a-t-elle rappelé, un modèle pour déterminer le taux d'amende des pollueurs dont le Maroc pouvait s'inspirer ou encore faire financer à ces derniers des programmes didactiques relatifs à l'environnement, mais tout aussi probants ». Deuxième axe de travail défini par le plan d'action, la préservation de la biodiversité et la conservation impérative des espèces menacées d'extinction assortie de l'amélioration des aires protégés et autres écosystèmes. Le secteur privé est également en ligne de mire. Des mécanismes plus incitatifs sont à l'ordre du jour pour encourager fortement la production propre.

Ainsi, la mise à niveau de la pêche artisanale et le développement des infrastructures en faveur de la filière. Mais plus que tout, le 2e plan d'action consacre une importance capitale à la promotion du public et à sa participation au processus de prise de décision en matière d'environnement, d'où l'élaboration d'un tool-kit éducatif, à son attention. En somme, une entreprise de longue haleine que les deux parties, Américains et marocains veulent poursuivre résolument en faveur des générations futures en l'inscrivant dans une optique démocratique participative et transparente.

Processus bilatéraux engagés

Les experts de Environmental Protection Agency en collaboration avec leurs homologues marocains ont participé au renforcement du cadre législatif et des régimes de mise en application en matière d'environnement et de promotion de la prévention de la pollution. Le département américain de l'Intérieur, de concert avec le Haut-commissariat aux Eaux et Forêts, participe à la lutte contre la désertification. La National Oceanic and Atmospheric Association collabore avec les responsables des pêches au Maroc afin de réduire les captures accidentelles des tortues marines menacées d'extinction.

L'USAID met en œuvre un projet sur la réutilisation des eaux usées traitées, les technologies d'irrigation efficaces et le recoupement de la politique énergétique ainsi que l'utilisation de l'eau agricole.