Story Les principaux axes de la stratégie «Forêts du Maroc 2020-2030»

La finalité est de rendre le secteur plus compétitif et durable à travers un modèle de gestion inclusif et créateur de richesses, et ce en plaçant les populations usagères au cœur de la gestion des forêts.

Les contours de la stratégie forestière, lancée par le Souverain le 13 février, ont été détaillés aux principaux acteurs de cet écosystème. Une grande réunion a eu lieu, mercredi 26 février 2020, à Skhirat durant laquelle Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, a échangé avec les responsables centraux, régionaux et provinciaux du département des eaux et forêts autour des prochaines étapes de mise en œuvre de la nouvelle stratégie du secteur, qui constitue un tournant important dans la gestion forestière au Maroc.

Release date 28/02/2020
Geographical coverage Morocco
Keywords ecosystem
Concerned URL http://aujourdhui.ma/economie/forets-du-maroc-2020-2030-table-sur-une-gestion-inclusive
Source http://aujourdhui.ma/

La finalité étant de rendre le secteur plus compétitif et durable à travers un modèle de gestion inclusif et créateur de richesses, et ce en plaçant les populations usagères au cœur de la gestion des forêts. Intervenant dans ce sens, le ministre de tutelle a souligné «l’importance de cette vision pour relever les défis auxquels se trouve confronté le patrimoine forestier marocain».

M. Akhannouch a par ailleurs mis l’accent, lors de cette rencontre, sur la nécessité de conjuguer, de façon adaptée, les impératifs sociaux, économiques et environnementaux. La stratégie forestière «Forêts du Maroc 2020-2030» porte sur une nouvelle configuration du mode de gouvernance. Ceci s’appuie sur le dialogue et la déclinaison des grandes orientations politiques de la nouvelle stratégie dans le cadre de contrats programmes régionaux impliquant l’ensemble des partenaires institutionnels, le secteur privé, les organisations interprofessionnelles, les établissements de formation et de recherche et la société civile.

Comme toute stratégie, le succès de cette vision est tributaire de l’adhésion de l’ensemble du personnel forestier. Le ministre a dans ce sens appelé tous les intervenants à se mobiliser pour l’atteinte des objectifs de ce plan et de la sauvegarde de la forêt marocaine. «Exprimant leur adhésion à Forêts du Maroc, les différents responsables centraux et régionaux ont aussi particulièrement insisté sur l’importance de la nouvelle approche apportée par la stratégie au plan de la gouvernance d’un côté et de l’autre, au plan de la gestion des conflits et de l’implication en amont des populations dans une logique moins conflictuelle et plus participative», peut-on relever du ministère de tutelle. Les participants à cette réunion ministérielle se sont, en effet, montrés enthousiastes quant à la mise en œuvre de cette feuille de route de nouvelle génération.

Son déploiement permettra en effet de changer le regard sur la forêt marocaine ainsi que sur ses modes d’exploitation. Il est à souligner que deux instances ont vu le jour pour accompagner la mise en œuvre de ce dispositif. A cet effet, le ministre de tutelle préside le comité de pilotage au moment où le comité de suivi est présidé par le secrétaire général du département.

Les principaux axes de la stratégie «Forêts du Maroc 2020-2030»: 

– Création d’un nouveau modèle basé sur une approche participative : Cet axe table sur la population comme premier partenaire dans sa gestion, et ce à travers la création de plus de 200 organismes locaux de développement forestier, la contractualisation avec les usagers de la protection participative des 50.000 hectares d’arbres prévus d’être plantés annuellement, la création d’un nouveau corps de plus de 500 animateurs territoriaux pour jouer un rôle de médiation auprès de la population locale, en plus de la promotion d’amodiations de chasse auprès des associations et sociétés suivant le cahier des charges.

– Gestion et développement des espaces forestiers selon leur vocation : Cet axe encourage l’investissement privé sur une superficie de 120.000 hectares d’eucalyptus et de pin, avec une identification stricte des obligations sociales des acteurs privés, ainsi que l’aménagement et la valorisation du réseau des dix parcs nationaux pour amorcer l’essor d’une filière écotouristique prospère.

– Développement et modernisation des professions forestières : Il s’agit de créer des pépinières forestières modernes avec des spécifications modernes en partenariat avec le secteur privé. Cela tout en veillant à préserver la caractéristique génétique des forêts nationales. La numérisation des moyens de gestion du secteur, la modernisation et le développement des parcours techniques forestiers comptent aussi parmi les leviers retenus.

– Réforme institutionnelle du secteur : Il sera procédé dans ce sens à la création de l’Agence des eaux et forêts qui sera en charge de la gestion régalienne du domaine forestier privé de l’État, et ce en dehors des parcs nationaux, et l’Agence de la conservation de la nature qui sera en charge de la gestion des différentes zones des parcs nationaux. Cet axe portera également sur l’adéquation du cadre juridique et la qualification des ressources humaines selon les spécificités des métiers et la création d’un pôle formation et recherche.