Story Une étude menée dans le cadre de la Convention sur la biodiversité identifie les incitations économiques comme un outil clé pour sauver la biodiversité

Montréal, 16 mars 2011 – Un nouveau rapport de la Convention sur la biodiversité portant sur le rôle des incitations économiques dans l’influence du comportement relatif à l’environnement conclut que la suppression des subventions conduisant à des pratiques dommageables pour l'environnement et la promotion de programmes de mesures incitatives visant à promouvoir les pratiques favorables peuvent engendrer des avantages économiques et environnementaux si elles sont coordonnées et mises en œuvre correctement.

Release date 21/03/2011
Keywords Biodiversité, Incitation, CDB
Source CDB

Le rapport intitulé Les mesures incitatives pour la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique: études de cas et leçons tirées ( traduit du document en anglais intitulé Incentive measures for the conservation and sustainable use of biological diversity: case‑studies and lessons learned ) résulte d’une série d’atelier internationaux tenus en 2009 sur les mesures incitatives et contribue également au travail amorcé par l’étude sur L'Économie des écosystèmes et de la biodiversité (EEB). 

Il fournit des informations clés sur la réforme des incitations néfastes et la promotion de mesures incitatives favorables, identifie les leçons apprises de façon concise, et présente un ensemble de cas concrets provenant des diverses régions du globe.

« Si l’humanité souhaite bâtir un future durable pour vivre en harmonie avec la nature, nous allons devoir changer nos comportements économiques. », a déclaré Ahmed Djoghlaf, Secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique. « Ce rapport présente des moyens que nous pouvons prendre pour  nous éloigner de nos habitudes et pratiques actuelles aux conséquences désastreuses.»

Réformer les incitations aux effets pervers, en particulier les subventions nuisibles à l'environnement qui sous-estiment la juste valeur des ressources naturelles ou encouragent l'augmentation non viable de la production, présente, par exemple, de multiples avantages. Cela découragent les comportements environnementaux néfastes, peut supprimer les distorsions économiques plus larges, et, dans le cas des subventions nuisibles, peut libérer quelques trop rares ressources budgétaires. En outre, éliminer ou atténuer les mesures d’incitation à effets pervers peut réduire la nécessité d'introduire des mesures d'incitation positives.

Les mesures qui incitent à conserver la biodiversité et l'utilisation de ses composantes de manière durable, comme le paiement des services écosystémiques, ou la rémunération basée sur le rendement pour pratiques agricoles durables, ainsi que d'autres mesures indirectes, tels les systèmes de gestion des ressources naturelles pris en charge par les communautés locales, sont de plus en plus reconnues en tant qu’outils importants pour s'assurer que les considérations de biodiversité soient reflétées dans tous les secteurs économiques concernés et intégrées au sein du gouvernement et de la société.

 

Le Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020 reflète le besoin urgent d’agir sur les mesures d’incitation en demandant le retrait, la suppression progressive, ou la réforme, d'ici à 2020, des mesures d'incitation néfastes, y compris les subventions nuisibles à la biodiversité, et par le développement et l'application de mesures d'incitation positives pour la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité.

Étude de cas 1: Norvège

– Entre 1981 et 1994, la Norvège a réduit les subventions à la pêche de 80 pour cent, passant de 150 millions à 30 millions $US. Des mesures de gestion plus efficaces ont simultanément été adoptées et ont aidé le secteur à devenir autonome. Le système actuel de quotas structurels est conçu pour prendre en compte les considérations économiques et  prévoir une flotte de pêche rentable. La capacité de récolte est avant tout une question économique si la productivité est strictement contrôlée. Les considérations régionales représentent aussi un élément important des politiques de pêche norvégiennes.

Étude de cas 2: Mexique

– Afin de lutter contre les problèmes de déforestation et la rareté de l'eau, le gouvernement du Mexique a élaboré un Programme de paiement pour les services environnementaux hydrologiques provenant de la forêt (PSAH, pour son sigle en espagnol). Le système développé effectue des paiements aux propriétaires forestiers pour conserver la forêt et ainsi assurer la protection des bassins versants et la recharge des aquifères dans les zones où la foresterie n'était pas commercialement viable. Le régime est financé par l’augmentation de la taxe fédérale sur l'eau déjà existante et payée par les consommateurs d'eau ainsi que par l'affectation d'un pourcentage sur la rémunération des services environnementaux. Ce mécanisme, plutôt novateur à l'époque, lie ceux qui bénéficient des services environnementaux à ceux qui les maintiennent.

Le rapport,  publié en tant que Série technique de la CDB n ° 56, est disponible en anglais sur le site Web de la Convention au :  www.cbd.int/ts