• arganier
  • cactus
  • cedre
  • tortue
  • figuier
  • Alhucemas-fruits
  • fruits2
  • Olives
  • Scarabee
  • Aeonium
  • baies-noires
  • joncs
  • Opuntia_ficusindica.jpg

Calendar of Events

« April 2020 »
Mo Tu We Th Fr Sa Su
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30

Publication

International Day of Biodiversity

 

Twitter

 

Les principaux axes de la stratégie «Forêts du Maroc 2020-2030»

La finalité est de rendre le secteur plus compétitif et durable à travers un modèle de gestion inclusif et créateur de richesses, et ce en plaçant les populations usagères au cœur de la gestion des forêts.

Les contours de la stratégie forestière, lancée par le Souverain le 13 février, ont été détaillés aux principaux acteurs de cet écosystème. Une grande réunion a eu lieu, mercredi 26 février 2020, à Skhirat durant laquelle Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, a échangé avec les responsables centraux, régionaux et provinciaux du département des eaux et forêts autour des prochaines étapes de mise en œuvre de la nouvelle stratégie du secteur, qui constitue un tournant important dans la gestion forestière au Maroc.

Méthodologie de l’évaluation nationale de la biodiversité et des services écosystémiques du Maroc

Le Département de l’Environnement a lancé l’évaluation nationale de la biodiversité et des services écosystémiques du Maroc dont l’objectif de renforcer les fondements de la connaissance disponible par rapport à la biodiversité et donner une analyse critique de l’information disponible, destinée à éclairer la prise de décisions.

A cet effet, le Département a organisé un atelier de travail sur la méthodologie de ladite évaluation le 9 décembre 2019 et qui a réuni les Départements ministériels concernés, les instituts de recherche, la société civile et des experts dans le domaine.  

À la COP 25, le Maroc propose un centre mondial pour la préservation de la biodiversité

Afin d’asseoir les bases d’une économie associant exploitation raisonnée des forêts et gestion durable des ressources hydriques du Bassin du Congo, Monsieur  Aziz Rabbah, Ministre de l’Énergie, des Mines et de l'Environnement, a mis à profit sa participation à une réunion consacrée à ce Bassin pour proposer des pistes « pour garantir la réussite du modèle socio-économique du Bassin du Congo, notamment à travers la création d’un Centre mondial pour la préservation des ressources naturelles dans la région du Bassin du Congo ».

Le Bassin du Congo, considéré à juste titre comme le deuxième poumon de la terre après la forêt amazonienne, constitue un grand réservoir de biodiversité. Ses forêts sont victimes d’une exploitation abusive et ses espèces animalières souvent menacées d’extinction. La superficie du Bassin du Congo est estimée à 520 millions d’hectares, selon la FAO. La forêt représente à elle seule près de 200 millions d’hectares, soit 38,4 pour cent de la superficie du bassin. C’est donc 30 pour cent de la couverture végétale du continent africain qui s’y trouve et 19 pour cent des forêts tropicales du monde. Ces forêts disposent de produits ligneux et non-ligneux. Dans ce gigantesque réservoir, 10 000 espèces végétales ont été identifiées, dont environ 3 000 sont endémiques. Le Bassin du Congo représente également 440 000 hectares de plantations forestières dominées pour l’essentiel par des essences à croissance rapide telles les eucalyptus et les pins.

Avec les commissions du Sahel et des petits États insulaires, celle du Bassin du Congo a été lancée à l’initiative du Maroc lors de la COP 22 à Marrakech. 

Meetings and events Syndication (XML)